website security

Bonjour et bienvenue sur le site de la Ligue Vie et Santé

L'endurance du caribou

Un marcheur tout terrain …

L’endurance du caribou

L’oiseau est fait pour voler, le poisson pour nager et l’être humain pour marcher.
Avant tout, nous sommes construits pour la marche. C’est l’exercice principal selon les spécialistes.
 

Dans le Grand Nord du continent américain vivent encore d’immenses troupeaux de caribous – cervidés de grande taille – qui effectuent sans entrave leurs longs déplacements saisonniers entre l’Alaska et le Canada.

Version PDF

 Au printemps, la harde de caribous se dirige résolument vers le nord. Après avoir accompli plusieurs centaines de kilomètres, elle pénètre sur le sol relativement pauvre de la toundra, où seuls les lichens, les mousses et quelques herbacées parviennent à pousser étant donné la rigueur du climat. Pendant quelques semaines, le caribou va parcourir la toundra en tous sens, épuiser les maigres ressources du sol et commencer à infléchir sa marche en direction du sud vers la taïga (forêt boréale caractérisée par une abondance de feuillus et de conifères de petite taille). Après avoir traversé la taïga, le caribou continue sa marche vers le sud, à travers les forêts de conifères, en suivant un itinéraire régulier d’une année à l’autre. En certains lieux, les rochers sont usés sur une épaisseur de 30 à 60 centimètres par les innombrables passages de milliers de cervidés accomplissant leur migration annuelle.

En automne, la migration vers le sud se poursuit. Mâles et femelles se courtisent. C’est la période du rut et de la copulation, qui amèneront de nombreuses naissances au sein de la harde dès le printemps suivant. Pendant l’hiver, le caribou ralentit sa marche. Il tourne en rond sur un vaste territoire jusqu’au printemps, moment où il entreprend le voyage de retour vers les territoires du nord…

Il en sera ainsi pour le caribou tout au long de son existence. Inlassablement, il gravira les montagnes et les collines, parcourra les forêts et les vallées, traversera à la nage les lacs et les rivières…

Vie en plein air et marche sont les éléments de base qui apportent santé et robustesse au caribou. Vie en plein air et marche qui font aussi de lui le plus résistant des cervidés, celui qui vit le plus longtemps parmi ses proches parents vivant à l’état sauvage.

En irait-il de même pour les êtres humains ?