website security

Bonjour et bienvenue sur le site de la Ligue Vie et Santé

Valensole - A l'abri du vent

 

   A l’ABRI DU VENT

Le climat qui règne sur le plateau est de type méditerranéen se caractérisant globalement par des étés chauds et secs, des hivers ensoleillés relativement doux et deux pics de pluie en automne et au printemps.

Autre facteur climatique important : le vent.

Pour la plupart des spécialistes, le vent constitue la clé du climat de chaque région, le véhicule de ses éléments spécifiques : humidité, nébulosité, précipitations, température. Or, sur le plateau de Valensole, le mistral – vent du nord est – souffle souvent avec force (à plus de 60 km/heure) pendant 70 à 80 jours par an, atténuant les effets de la chaleur en été et amplifiant notablement le froid en hiver.

Indice révélateur de la puissance du vent soufflant sur la région : lorsque le mistral se déchaîne sur le plateau, ses vastes étendues sont particulièrement exposées et, pour se protéger, la plupart des bourgades et des villages ont été construits en contrebas, dans les replis de terrain, pour ne pas recevoir le vent de plein fouet.

D’une façon plus générale, un vent fort sans excès joue un rôle positif important. Il assainit l’atmosphère par l’aération, renouvelle l’air et disperse les fumées et les poussières. Chez l’être humain, il active la circulation sanguine et l’évaporation cutanée. Il accroît l’amplitude pulmonaire, stimule le système nerveux et améliore le tonus général. Toutefois, il agit défavorablement sur les individus bien portants mais sensibles au vent (anémosensibles). Le vent est la cause de divers malaises : céphalées, douleurs, insomnies, irritabilité et nervosité, migraines, troubles de la sphère ORL, etc…Violent et durable, il dessèche la peau, augmente les douleurs rhumatismales et la gêne respiratoire, irrite le système nerveux, déclenche rhinites, sinusites et diverses réactions allergiques dues à la présence de pollens et de poussières dans l’atmosphère.

 

Il faut tenir compte des effets négatifs du vent avant d’envisager un séjour sur « le Plateau des lavandins ».