website security

Bonjour et bienvenue sur le site de la Ligue Vie et Santé

Valensole

 

VALENSOLE, UN PLATEAU TRÈS « FLEURS BLEUES »

La lavande, un atout santé

Format PDF

Situé à proximité des gorges du Verdon et du lac de Sainte-Croix, le plateau de Valensole attire ceux et celles qui recherchent les grands espaces, le soleil, un air vivifiant et…le parfum de la lavande

Dans les Alpes de Haute Provence et à l’est de la Durance, la belle route de Manosque à Moustiers-Sainte-Marie conduit le voyageur vers les gorges du Verdon, l’un des plus remarquables sites naturels de France, avec ses falaises de 500 à 700 mètres de haut surplombant la rivière. Au fond de ce précipice étroit, le Verdon ressemble à un mince filet d’eau roulant des eaux turquoise, tandis que de grands rapaces tournoient dans le ciel sans se soucier des randonneurs, adeptes de l’escalade qui s’offrent quelques frissons le long des parois rocheuses du Grand Canyon de Provence.

 

Avant d’arriver au lac de Sainte-Croix et aux gorges du Verdon, la route traverse le vaste plateau de Valensole (800 km2) qui, dès le mois de juin, se couvre d’imposantes taches bleues, lesquelles semblent refléter la couleur du ciel. En réalité, d’une beauté à couper le souffle au moment de la floraison, ces immenses taches d’un bleu azur soutenu sont des champs de lavandes aspics, de lavandes officinales et de lavandins.

Au régal des yeux, il faut ajouter le plaisir de l’odorat puisque la région du plateau qui connaît près de 300 jours de soleil par an se situe à une altitude supérieure à 500 mètres et lui vaut en été, des nuits fraîches au cours desquelles le parfum de la lavande – contenu le jour par l’ardeur des rayons solaires – embaume l’atmosphère jusqu’au petit matin. De même, comme chacun sait, les fleurs de lavande mises en sachet dans les armoires, parfument le linge et éloignent les mites. A l’aide de l’essence de lavande on peut aussi se débarrasser des poux (vaporisation et lissage de la chevelure pendant plusieurs jours).

Elu également site remarquable du Goût pour son miel de lavande, le plateau de Valensole et ses lavandins sont devenus en même temps, une ressource de premier ordre pour le maintien des abeilles dans la région.

 


 

   A l’ABRI DU VENT

Le climat qui règne sur le plateau est de type méditerranéen se caractérisant globalement par des étés chauds et secs, des hivers ensoleillés relativement doux et deux pics de pluie en automne et au printemps.

Autre facteur climatique important : le vent.

Pour la plupart des spécialistes, le vent constitue la clé du climat de chaque région, le véhicule de ses éléments spécifiques : humidité, nébulosité, précipitations, température. Or, sur le plateau de Valensole, le mistral – vent du nord est – souffle souvent avec force (à plus de 60 km/heure) pendant 70 à 80 jours par an, atténuant les effets de la chaleur en été et amplifiant notablement le froid en hiver.

Indice révélateur de la puissance du vent soufflant sur la région : lorsque le mistral se déchaîne sur le plateau, ses vastes étendues sont particulièrement exposées et, pour se protéger, la plupart des bourgades et des villages ont été construits en contrebas, dans les replis de terrain, pour ne pas recevoir le vent de plein fouet.

D’une façon plus générale, un vent fort sans excès joue un rôle positif important. Il assainit l’atmosphère par l’aération, renouvelle l’air et disperse les fumées et les poussières. Chez l’être humain, il active la circulation sanguine et l’évaporation cutanée. Il accroît l’amplitude pulmonaire, stimule le système nerveux et améliore le tonus général. Toutefois, il agit défavorablement sur les individus bien portants mais sensibles au vent (anémosensibles). Le vent est la cause de divers malaises : céphalées, douleurs, insomnies, irritabilité et nervosité, migraines, troubles de la sphère ORL, etc…Violent et durable, il dessèche la peau, augmente les douleurs rhumatismales et la gêne respiratoire, irrite le système nerveux, déclenche rhinites, sinusites et diverses réactions allergiques dues à la présence de pollens et de poussières dans l’atmosphère.

 

Il faut tenir compte des effets négatifs du vent avant d’envisager un séjour sur « le Plateau des lavandins ».

 

 

 


 

L’HUILE ESSENTIELLE DE LAVANDE

 

Hybride de lavande officinale et de lavande aspic, le lavandin s’adapte bien au climat chaud et sec des collines provençales et du plateau de Valensole. En effet, c’est une culture en terre aride, qui demande peu d’eau et supporte la sécheresse. Aujourd’hui, le lavandin ou grande lavande occupe près de 5000 hectares sur le plateau de Valensole. Le rendement à l’hectare est substantiel et 100 kg de tiges fleuries fournissent 2 à 3 litres d’huile essentielle, utilisée principalement en parfumerie et en pharmacie où son odeur aromatique un peu camphrée est aisément identifiable.

 

Les vertus médicinales de la lavande officinale, vraie ou fine (lavandula angustifolia), de l’aspic et du lavandin sont nombreuses et sensiblement les mêmes. Leurs huiles essentielles ont des propriétés antiseptiques, bactéricides, désinfectantes, cicatrisantes, calmantes et antispasmodiques (anti crampes, crispations, convulsions), diurétiques et carminatives.

 

Ces huiles ou essences sont utiles dans bon nombre d’affections respiratoires (asthme, bronchopathie, rhinite, rhinopharyngite, sinusite, toux, etc.). Quelques gouttes sur un mouchoir, inhalées à plusieurs reprises au cours de la journée, dégagent la muqueuse nasale et préservent de la contagion des affections hivernales telles que rhume ou grippe. Utilisées comme huiles de massage, elles soulagent maux de tête, migraines, douleurs rhumatismales et conviennent également en cas de démangeaisons, enflures et foulures.

 

Elles servent également de désinfectant efficace en cas de blessures, brûlures, coupures, égratignures, morsures et piqûres (épines, insectes, etc.)(1).

 

Sur le plateau de Valensole, les chasseurs savent que l’essence de lavande est un anti-venin. Lorsqu’un chien est mordu par une vipère, ils cueillent immédiatement de la lavande, la froissent et en frottent aussitôt l’animal mordu pour neutraliser rapidement le venin. On peut pratiquer de la même façon avec un être humain mordu par un serpent venimeux avant de l’évacuer, rapidement, vers la structure médicale la plus proche.

 

Sage précaution : en randonnée ou excursion en pleine nature, il est utile d‘avoir avec soi un petit flacon d’huile essentielle de lavande…

 

 

 


 

UN ANXIOLYTIQUE PROMETTEUR

 

Actuellement, la recherche médicale expérimente avec beaucoup d’intérêt les vertus calmantes et anti-stressantes de l’huile essentielle de lavande (2).

 

Exemples : diffusée dans l’air ambiant ou appliquée sur la peau par massage, cette huile a permis de diminuer l’agitation et l’agressivité de personnes âgées en état de psychoses aggravées. Plusieurs expériences montrent également une atténuation de l’anxiété chez les personnes exposées à une situation génératrice de stress : admission aux soins intensifs, attente d’une intervention chirurgicale, visionnement de films anxiogènes, etc.

 

Autres constats.

 

Lorsqu’une huile essentielle est diffusée dans la salle d’attente d’un cabinet dentaire, elle diminue l’appréhension des patients. Ce type de diffusion aromatique donne aussi de bons résultats pour calmer les enfants éprouvant des difficultés à trouver le sommeil (3).

 

D’une façon générale, il est présentement reconnu que la diffusion aromatique, l’inhalation d’huile essentielle ou l’absorption de gélule de lavande diminue l’anxiété, favorise la détente nerveuse, un sommeil réparateur et… peut être utile contre la dépression à raison de 2 à 5 gouttes d’huile essentielle officinale sur un morceau de sucre ou dans un verre d’eau ou de jus de fruits, 2 à 3 fois par jour (Dr. Jean Valnet). Au préalable, il serait judicieux de consulter son médecin ou un phyto-aromathérapeute, pour déterminer avec lui les doses à prendre et la durée du traitement.

 

En l’occurrence, l’important c’est la dose. Et à fortes doses, l’huile essentielle de lavande peut être toxique et provoquer divers troubles : angoisse, confusion, étourdissements, excitation anormale, maux de tête, tremblements, vertiges, etc.

 

Michel Ballais

 

 

(1) et (3) Le petit Larousse des plantes qui guérissent p. 516-519 – Editions 2006

 

(2) www.passeportsante.net rubrique de A à Z à Lavande