website security

Bonjour et bienvenue sur le site de la Ligue Vie et Santé

Voyage au Piton de la Fournaise - Eruptions à répétition

ERUPTIONS A REPETITION

En 1998, pendant que les images télévisées du Piton de la Fournaise vomissant des torrents de lave faisaient le tour du monde, sur place, les responsables de la sécurité s’employaient à limiter et à canaliser l’afflux massif de milliers de réunionnais, de visiteurs et de touristes, ravis de l’aubaine, qui ne voulaient à aucun prix rater la féérie du spectacle. Une féérie qui allait se renouveler avec une fréquence accrue dans le temps, soit 2, 3 ou 4 éruptions chaque année entre 2000 et 2007, pour revenir à une seule en 2008 et 2009, puis remonter à 3 en 2010. Chaque féérie nouvelle provoquant une affluence massive de personnes impatientes de contempler le spectacle de plus près, c’est-à-dire à proximité des cratères, le Bory et le Dolomieu, qui culminent à plus de 2600 mètres.

Fin novembre 2002, par une belle matinée de l’été austral, nous sommes en balade dans le sud-est de la Réunion. Tandis que nous roulons du côté de Sainte-Rose, longeant le bord de mer et avançant toujours plus vers le sud, la circulation automobile devient plus dense et les ralentissements de plus en plus nombreux. Finalement, nous garons notre voiture sur le bas-côté de la route et continuons à pied afin de savoir pourquoi tant de personnes se trouvent en ce lieu presque désert habituellement. Finalement nous arrivons à proximité d’une énorme coulée de lave noire et durcie qui avait traversé la route et achevé sa course dans les eaux marines plusieurs mois auparavant. Perchés sur la coulée de lave, d’innombrables curieux regardent, au loin, deux coulées de lave incandescente et rougeoyante qui dévalent la pente du volcan. La foule semble fascinée par cette nouvelle manifestation flamboyante et colorée du Piton de la Fournaise. Des superlatifs fusent ici et là. Appareils photos et caméras sont braqués dans la direction appropriée pour pérenniser l’événement.

Bientôt, plusieurs vont regagner leur véhicule et s’élancer sur la route du volcan. Leur objectif ? Parvenir jusqu’au cratère éjectant sa lave incandescente. En deux étapes. D’abord trouver une place pour se garer au Pas de Bellecombe (2350 m). Puis, entreprendre une longue marche en terrain accidenté : 3 à 4 heures, voire davantage pour certains, pour effectuer le trajet Pas de Bellecombe / cratère et retour. Sur ce parcours assez difficile, pierreux et malaisé, on ne comptabilise plus les égratignures, les chevilles endolories, les entorses, les fractures diverses et plus encore les fringales et les défaillances dues à l’effort et au froid (dépense calorique importante) chez ceux et celles qui s’engagent dans cette aventure sans s’être informés au préalable sur les réalités du terrain, les effets de l’altitude et les conditions météorologiques particulières qui prédominent sur le site volcanique du Piton de la Fournaise[1].