website security

Bonjour et bienvenue sur le site de la Ligue Vie et Santé

Qu’est-ce qu’un groupe ?

 Il ne suffit pas de réunir un public dans une salle pour que cela fasse un groupe. Ces personnes restent un public. Un conférencier n’est pas un animateur. Ce qui est important dans le groupe, c’est les relations qui existent dans le public. Beaucoup de choses se passent dans le public que l’Animateur ne sait pas forcément. ; il faut y être attentif.

Dans un microgroupe (moins de 25) il est idéal de se placer tout autour d’une table pour que la communication entre les personnes soit facilitée.

Quand un groupe a un projet et des objectifs, il faut que les personnes aient suffisamment de temps pour échanger, apprendre à se connaître ; afin que le groupe ne soit plus un public.

 Dans le cadre d’un plan pour cesser de fumer, chacun est venu seul. Il faut que l’animateur travaille à ce que ces individus seuls forment un groupe, devenant tous conscients de la présence de ses voisins. L’Animateur gère les relations dans le groupe; il est possible d’être tour à tour animateur et gérant des échanges dans le groupe.

En étant attentif à la durée des démonstrations, qui ne doivent pas être trop longues, on laisse la possibilité d’échange et de contact entre les individus dans le groupe.

L’animation permet à chacun de s’approprier ce qui doit être transmis. Aussi, est-ce de la responsabilité de l’Animateur de choisir – si possible – des locaux adaptés aux activités prévues pour le groupe.

Pour un microgroupe, le fait d’être tous assis en rond, peut poser problème à certaines personnes qui sont timides ou qui veulent rester plus distantes. C’est pourquoi, il est bon de discuter avec les participants de la manière de se placer.

Une possibilité intéressante consiste à installer le groupe en forme de U avec des tables ; le mieux étant d’adapter l’installation en fonction des activités à pratiquer.

 Plus l’objectif du groupe est le changement – ici le sevrage tabagique – et plus il faut que les liens dans le groupe soient étroits. Nous savons que la dynamique du groupe se développe dans la négociation quant à la disposition des personnes qui constituent ce groupe.

Quand nous rencontrons des cas difficiles – des personnes qui sont dépendantes dans plusieurs conduites addictives – il faut essayer de les orienter rapidement vers des professionnels de Santé et des structures spécialisées.

 Il est nécessaire d’avoir une bonne équipe d’organisation pour aider les Animateurs en cas de besoin (un curiste fait un malaise, par exemple.)

Dans une salle étroite, il est nécessaire que l’Animateur se déplace entre les tables pour ne pas laisser les personnes du fond seules et éloignées. En effet, le « courant » passe plus ou moins bien entre les personnes selon l’installation du groupe dans la salle.

 Attention au contre-pouvoir qu’un curiste peut essayer de mettre en place contre l’animateur. Il faut placer cette personne à droite ou à gauche de l’Animateur et assez proche de ce dernier.

 L’Animateur est au service du groupe pour sa bonne marche. Ne pas hésiter à parler de la solidarité du groupe et de la dynamique du groupe. Il faut le plus possible d’échanges entre l’Animateur et les curistes et des curistes entre eux. Il faut que chacun ait la possibilité de s’exprimer. Si une personne est récalcitrante, la prendre en aparté. Ne pas montrer de rapport de force devant le groupe, mais régler le problème directement avec la personne.

 Il est bon de donner des indications dès le début, des règles de fonctionnement pour favoriser la communication dans le groupe.

Dans le déroulement du Plan, les deux animateurs doivent se compléter et se concerter pour bien fonctionner ensemble.

 Ne pas hésiter à demander au départ qui vient pour s’informer et qui vient pour arrêter de fumer. Cela permet de clarifier et de mieux gérer la dynamique du groupe. Dire clairement, lors de la réunion d’information, que si une personne vient le premier soir, c’est pour participer et arrêter de fumer.