L’animation et la dynamique de groupe – recommandations pour un groupe constitué de fumeurs désirant se libérer de leur addiction dans le cadre du Plan de 5 jours

Par Jean-Paul Linas, formateur en addictologie – membre de la Ligue Vie & Santé et de la Société Française d’Alcoologie (SFA.)

Format PDF

 L’addiction : l’addiction fait partie de ce que l’on appelle maintenant « les conduites addictives », terme fédérateur qui inclue la totalité des comportements pathologiques de consommation.

Le terme d’addiction est un ancien terme qui trouve son origine dans le droit romain ancien, ce mot est resté utilisé jusqu’au Moyen Âge en Europe occidentale. Il correspondait à une véritable contrainte par corps (Reynaud, 2000.) Ce terme nous est revenu par les pays anglo-saxons avec le mot « addiction » pour désigner en psychiatrie les toxicomanies. L’addiction peut se résumer comme suit :

« C’est l’impossibilité pour un sujet de contrôler un comportement de consommation de substances et la poursuite de ce comportement, malgré la connaissance des conséquences négatives qu’il entraîne ». Pr Raymond Romand


Qu’est-ce qu’un groupe ?

 Il ne suffit pas de réunir un public dans une salle pour que cela fasse un groupe. Ces personnes restent un public. Un conférencier n’est pas un animateur. Ce qui est important dans le groupe, c’est les relations qui existent dans le public. Beaucoup de choses se passent dans le public que l’Animateur ne sait pas forcément. ; il faut y être attentif.

Dans un microgroupe (moins de 25) il est idéal de se placer tout autour d’une table pour que la communication entre les personnes soit facilitée.

Quand un groupe a un projet et des objectifs, il faut que les personnes aient suffisamment de temps pour échanger, apprendre à se connaître ; afin que le groupe ne soit plus un public.

 Dans le cadre d’un plan pour cesser de fumer, chacun est venu seul. Il faut que l’animateur travaille à ce que ces individus seuls forment un groupe, devenant tous conscients de la présence de ses voisins. L’Animateur gère les relations dans le groupe; il est possible d’être tour à tour animateur et gérant des échanges dans le groupe.

En étant attentif à la durée des démonstrations, qui ne doivent pas être trop longues, on laisse la possibilité d’échange et de contact entre les individus dans le groupe.

L’animation permet à chacun de s’approprier ce qui doit être transmis. Aussi, est-ce de la responsabilité de l’Animateur de choisir – si possible – des locaux adaptés aux activités prévues pour le groupe.

Pour un microgroupe, le fait d’être tous assis en rond, peut poser problème à certaines personnes qui sont timides ou qui veulent rester plus distantes. C’est pourquoi, il est bon de discuter avec les participants de la manière de se placer.

Une possibilité intéressante consiste à installer le groupe en forme de U avec des tables ; le mieux étant d’adapter l’installation en fonction des activités à pratiquer.

 Plus l’objectif du groupe est le changement – ici le sevrage tabagique – et plus il faut que les liens dans le groupe soient étroits. Nous savons que la dynamique du groupe se développe dans la négociation quant à la disposition des personnes qui constituent ce groupe.

Quand nous rencontrons des cas difficiles – des personnes qui sont dépendantes dans plusieurs conduites addictives – il faut essayer de les orienter rapidement vers des professionnels de Santé et des structures spécialisées.

 Il est nécessaire d’avoir une bonne équipe d’organisation pour aider les Animateurs en cas de besoin (un curiste fait un malaise, par exemple.)

Dans une salle étroite, il est nécessaire que l’Animateur se déplace entre les tables pour ne pas laisser les personnes du fond seules et éloignées. En effet, le « courant » passe plus ou moins bien entre les personnes selon l’installation du groupe dans la salle.

 Attention au contre-pouvoir qu’un curiste peut essayer de mettre en place contre l’animateur. Il faut placer cette personne à droite ou à gauche de l’Animateur et assez proche de ce dernier.

 L’Animateur est au service du groupe pour sa bonne marche. Ne pas hésiter à parler de la solidarité du groupe et de la dynamique du groupe. Il faut le plus possible d’échanges entre l’Animateur et les curistes et des curistes entre eux. Il faut que chacun ait la possibilité de s’exprimer. Si une personne est récalcitrante, la prendre en aparté. Ne pas montrer de rapport de force devant le groupe, mais régler le problème directement avec la personne.

 Il est bon de donner des indications dès le début, des règles de fonctionnement pour favoriser la communication dans le groupe.

Dans le déroulement du Plan, les deux animateurs doivent se compléter et se concerter pour bien fonctionner ensemble.

 Ne pas hésiter à demander au départ qui vient pour s’informer et qui vient pour arrêter de fumer. Cela permet de clarifier et de mieux gérer la dynamique du groupe. Dire clairement, lors de la réunion d’information, que si une personne vient le premier soir, c’est pour participer et arrêter de fumer.

 


 Comment le groupe fonctionne-t-il ?

 Les niveaux 

 Dans le groupe, ce qui se passe dans la tête des gens est influencé par ce que fait et ce que dit l’Animateur. Le timbre et la puissance de la voix sont importants : cela peut exclure certaines personnes si elles ne peuvent pas entendre ce qui est dit. De plus, il ne faut pas que la voix soit monotone. Le dynamisme du groupe dépend de celui de l’animateur.

Le contenu de ce qui est dit est très important. C’est la raison d’être de la présence du groupe. Les informations qui seront retenues sont celles qui intéressent les personnes du groupe. Il faut que le contenu soit présenté de la meilleure façon possible et avec qualité. Toutefois, pour le Plan, il est nécessaire de ne pas se contenter de présenter le contenu. Cela n’est pas suffisant pour que les curistes remettent en question leur consommation de tabac. Il faut échanger, motiver ces personnes. Il faut que chacun puisse confronter ce qu’il pense avec les autres. Faire fonctionner l’esprit de groupe.

En résumé

Profiter des moments d’échange pour voir si ce qui a été dit par l’animateur a bien été compris.

Le groupe et la solidarité entre les curistes n’existant que par les échanges, ceux-ci doivent être structurés mais limités dans le temps.

Les questions très pointues posées par les curistes le sont en général pour cacher la vraie question : « comment vais-je arrêter de fumer ? »

 La procédure

 Elle doit déterminer comment décliner l’objectif général (arrêter de fumer) en différentes techniques à vivre pendant les rencontres ; par exemple : ce soir, chacun va faire le choix de ne pas fumer pendant les prochaines 24 heures. Nous mettons tout en œuvre pour que les participants pensent qu’il est possible d’arrêter de fumer.

Le fait de tout programmer et, si possible, de penser à tout sécurise les curistes. Il est bon de leur expliquer ce qui va être fait ; cela met les personnes en confiance.

Il faut expliquer aux curistes pourquoi il leur est demandé de faire telle ou telle chose. Aujourd’hui, les personnes ont besoin de comprendre.

La crise de manque d’alcool est la seule dont on meurt. Attention aux personnes qui sont imbibées quand elles viennent au Plan. Il faut déjà que ces personnes se soignent pour l’alcool avant de venir essayer de cesser de fumer.

 Attention à ne pas se laisser piéger par des cas particuliers qui feraient que l’Animateur ne s’occupe que d’une ou deux personnes et non plus du groupe. Si le cas peut intéresser le groupe, en profiter et faire participer le groupe ; autrement, proposer à la personne d’en discuter après la réunion.

 La reformulation correcte que peut faire l’Animateur à la suite d’une intervention d’un participant peut permettre d’arrêter une intervention que l’on ne désire pas voir continuer (cas trop particulier.)

 Les étapes 

 Socialement parlant, tout groupe va chercher - alors que les personnes ne se connaissent pas – un leader dans le groupe. Ce groupe ne fonctionnera pas tant que le chef ne sera pas clairement institué. Dans le Plan, ce chef doit être l’Animateur.

Il faut ni être trop savant, ni donner des explications trop simples. Faire attention à être bien clair et compris.

 Ce n’est pas à l’Animateur d’apporter des solutions, mais plutôt aux curistes. Le travail de l’Animateur est de faire parler les curistes et de faire que les autres curistes les écoutent. Ce sont les curistes qui doivent apporter les solutions ; parce qu’ils les appliqueront plus facilement, puisque venant d’eux. Prendre le temps d’expliquer que telle ou telle solution n’est pas valable ou au contraire qu’elle l’est. Il faut savoir argumenter et être bien clair, sans brusquer les personnes qui ont fait les propositions de solutions.


Objectif général du Plan de 5 jours :

 Aider les fumeurs à cesser de fumer définitivement en 5 jours et retrouver une meilleure qualité de vie.

Objectifs opérationnels

1.   Faire prendre conscience aux curistes de leur dépendance au tabac et proposer le choix de cesser de fumer pendant 24 heures.

2.   Conforter le choix du premier jour.

3.   Mettre en lumière les motivations.

4.   Mettre en place des activités compensatrices.

5.   Anticiper sur les faux pas pour éviter la rechute et prévenir la prise de poids.

 1er Jour

Objectifs :

- Prendre conscience de la dépendance et faire le choix de participer au Plan (Test de Fagerström.)

Moyens :

- Exposer les méfaits du tabac et les mécanismes de défense.

- Inviter et encourager le groupe à trouver des solutions pour pallier la dépendance.

- Concrétiser le choix par abandon du matériel du fumeur.

 2e Jour

Objectifs:

- Prendre en compte les difficultés.

- Conforter la décision malgré les difficultés.

Moyens :

- Nouer le dialogue avec les curistes,

- Aider à exprimer et extérioriser les problèmes rencontrés.

- Exposer les mécanismes du système nerveux sympathique.

 3e Jour

Objectif :

- Conforter la confiance dans la méthode et augmenter la confiance en soi.

Moyens :

- Présenter les méfaits du tabac sur le système cardio-vasculaire.

- Faire exposer les difficultés rencontrées (comment avez-vous géré les moments difficiles ?)

- Dédramatiser les échecs.

 4e Jour

Objectif :

- Formuler les motivations (Test : les raisons pour lesquelles je fumais.) et mettre en place les activités compensatrices à l’arrêt du tabac.

Moyens :

- Exposer les méfaits du tabac sur le système respiratoire et les avantages du sevrage.

- Mettre en évidence les raisons qui renforcent le choix d’arrêter de fumer : résolution pour une semaine.

 5e Jour

Objectifs :

- Faire le deuil,

- Eviter les rechutes et la prise de poids.

Moyens :

- Exposé sur l’alimentation ; témoignages d’anciens fumeurs.

- Faire le bilan des cinq soirées du programme.

- Confirmer la date des deux séances de consolidation dans le Plan LT5J.